Domaine d’expertise le stress

LE STRESS
( Gestion du stress - Épuisement professionnel - Absentéisme - RPS - Burnout )

Définition du stress:

Dès 1925, Hans SELYE s’est intéressé à un bruit de fond qui n’était pas spécifique à une maladie particulière mais qui était bien présent.
Hans SELYE définit le stress comme une « réponse non spécifique de l’organisme à toute sollicitation ».
A la suite d’un agent stressant (l’effecteur sur le corps étant le cerveau), il peut y avoir deux types de réponse :

  • Une réponse spécifique propre à l’agent stressant.
  • Une réponse non spécifique de l’agent stressant qu’Hans SELYE appelle « stress ».

Au départ, SELYE a repris le terme de « stress » à la mécanique des matériaux : le stress en mécanique est une interaction entre une force et la résistance qu’a ce matériau. Peu importe si c’est une machine ou un homme qui tire sur ce matériau. D’où le terme de non spécifique.

Le corps répond à toute demande qui lui est faite et cette réponse se manifeste par des changements biologiques mesurables tels que la concentration dans le sang de certaines hormones qu’il appelle « hormones de stress » (ACTH, corticoïdes, catécholamines (adrénaline et noradrénaline)).

 

 

Lors d’un stress :

Pendant la réponse immédiate au stress, il y a une stimulation du système nerveux autonome entraînant de nombreuses modifications physiologiques :

  • Conversion du glycogène en glucose —> augmentation du glucose dans le sang (hyperglycémie).
  • Augmentation de la fréquence respiratoire (polypnée).
  • Accélération du métabolisme.
  • Modification de la circulation sanguine entraînant une augmentation de la vigilance et une diminution de l’activité digestive et rénale.

La plupart des facteurs stressants de la vie courante sont psychosociaux.
Imaginons un homme préhistorique, lors d’un stress ressenti face à une bête sauvage, le principal élément de la réponse nerveuse est l’activation générale du système nerveux sympathique qui entraîne une augmentation du débit cardiaque, de la ventilation pulmonaire et une dérivation du sang des zones en vasoconstriction (comme le tube digestif et le rein) vers les plus actives comme les muscles, le cœur. Plus d’oxygène, plus de sang dans la circulation hors tube digestif et le rein, tout cela permet à cet homme de préparer son organisme à la fuite ou au combat.

Simultanément, le système sympathique secrète de l’adrénaline qui renforce ce système sympathique et ce qui étend son action à des tissus qui ne sont pas innervés par celui-ci : cela permet, par exemple, une mobilisation des réserves de glucides et de lipides (= plus d’énergie pour la fuite ou le combat). De plus, le système hypothalamo-hypophysaire-surrénalien est stimulé : le cortisol secrété mobilise les réserves de lipides et de protéines, augmente les réserves de glucides ainsi que la glycémie.

Le sens biologique de cette augmentation du glucose, des acides gras et des acides aminés est de favoriser l’approvisionnement du cerveau et de fournir les éléments de construction nécessaires à la réparation des tissus endommagés de notre chasseur.

Malade résistance Epuisement

Du stress à l’épuisement :

Si l’intensité du stress dure trop longtemps:

  • les conséquences pour l’organisme et le psychisme seront négatives.
  • La réaction d’adaptation ne peut plus se faire et l’énergie mobilisée s’accumule et se retourne contre nous.
  • Le stress va se chroniciser en 3 étapes.

 

 

Les signes physiques à repérer :

La fatigue permanente.

  • C’est une fatigue de tension, c’est un des principaux symptômes de l’épuisement.
  • Les troubles du sommeil: difficultés d’endormissement sommeil fractionné, sommeil moins ou non réparateur.
  • Différents signes physiques qui apparaissent ou qui d’occasionnels deviennent permanents: des tensions musculaires, des maux de tête, de la tachycardie, des troubles digestifs, cutanés.

La sphère psychique est elle aussi largement impactée par le stress chronique.

  • Les signes psychiques, émotionnels.
  • Les émotions sont exacerbées: on est «  à fleur de peau », des crises de larmes, de l’irritabilité, une diminution de la patience.
  • Il peut aussi s’installer de l’indifférence , une attitude cynique, une humeur très négative.
  • Les relations interpersonnelles et familiales deviennent donc plus compliquées.
Stress envie d'en parler?
TSE